Accueil>Urbanisme et environnement>Environnement côté Terre>Lutte contre les éléments nuisibles

Lutte contre les éléments nuisibles

Dans le cadre d’une convention conclue avec la FREDON (Fédération Régionale de lutte contre les Organismes Nuisibles), la Ville de Sainte-Maxime s’est engagée à lutter contre le charançon rouge et le papillon palmivore qui attaquent les palmiers, souvent de façon irréversible. La FREDON contrôle ainsi deux fois par an les palmiers de la commune. Les particuliers possédant un palmier ont la possibilité de faire effectuer un diagnostic de leur arbre en cas de suspicion d’attaque, en contactant le service Environnement de la Ville.

Service Environnement - 04 94 56 78 13 / FREDON - 04 94 35 22 84

Le charançon rouge

Ce coléoptère, presque invisible à l’oeil nu, n’est souvent détecté qu’après l’infestation du palmier. Celle-ci se traduit par des monticules de sciure et la présence de galeries à la base des palmes. Les cocons s’observent à la périphérie du tronc (stipe) et à la base des palmes.
L’infestation du bourgeon terminal du palmier provoque l’affaissement et le dessèchement des palmes, puis la mort rapide de l’arbre.

Pour limiter la contagion, la lutte contre l’insecte est obligatoire et se fait en deux temps :

  • la lutte curative : elle consiste en un assainissement mécanique. On coupe toutes les palmes et on retire, de façon chirurgicale, les tissus infectés. Les déchets contaminés sont ensuite broyés pour être incinérés.
  • la lutte préventive : il s’agit de traitements spécifiques adaptés aux zones contaminées (rayon de 100 mètres autour d’un foyer). De plus, une surveillance mensuelle des palmiers situés dans la zone de sécurité (rayon de 200 mètres autour d’un foyer) doit être effectuée. Seuls une personne, une entreprise ou un service enregistré par le SRAL (Service Régional de l’Alimentation) peuvent réaliser ces interventions de surveillance, de traitement ou d’éradication.

Dépliant de la Fredon
En cas de constatation d’infection : les actions de lutte contre le charançon

Le papillon palmivore

Introduit en Europe en 2000 par le biais d’importations de palmiers, ce ravageur exotique s’est acclimaté au Var sans qu’aucun prédateur ou parasite naturel local ne soit capable de le maîtriser.
La jeune chenille pénètre dans le végétal et creuse des galeries dans les tissus du stipe dont elle s’alimente. Celle-ci est à l’origine de dégâts dont les premiers symptômes apparaissent plusieurs mois après sa pénétration (présence de sciures sur le stipe, perforation des palmes, existence de trous à la base du rachis observables au moment de la taille des palmiers, jaunissement et dessèchement anormal des palmes centrales).

Aujourd’hui, il n’existe aucun moyen de lutte biologique ou chimique permettant d’éradiquer le ravageur. Il convient donc d’être vigilant. Il est ainsi préférable de vérifier l’état sanitaire des plantes achetées et il est également conseillé de refuser tout lot suspect et d’informer la FREDON ou le SRAL (Service Régional de l’Alimentation). Enfin, en présence de palmiers contaminés sur un site, il est recommandé de procéder à leur destruction par incinération ou de poser des filets antigrêle blancs dans les plus brefs délais afin d’éviter l’extension du foyer.

Dépliant de la Fredon

Moustiques

Afin d’éviter la prolifération des moustiques, vous pouvez agir chez vous au quotidien en évacuant les eaux stagnantes autour de votre domicile. Vous éliminez ainsi les lieux de pontes éventuels.

Quelques exemples pratiques :

  • Jardinières : arrosez-les de manière contrôlée afin d’avoir un terreau humide. L’eau ne doit toutefois pas stagner
  • Soucoupes sous les pots de fleurs, vases et seaux : videz-les souvent
  • Réserves d’eau (bidons, bacs pour arrosage) : couvrez-les d’une moustiquaire ou d’un tissu
  • Bassins d’agrément : entretenez-les régulièrement. Vous pouvez aussi y introduire des poissons rouges, ces derniers étant friands de larves de moustiques
  • Piscines : entretenez-les en permanence. Hors-saison, videz-les ou bâchez-les
  • Gouttières, rigoles d’évacuation : entretenez-les régulièrement et songez à vérifier leur bon écoulement
  • Matériels de jardin, jouets, pneus, réceptacles potentiels d’eau : videz-les, retournez-les ou rentrez-les

Dépliant sur le moustique tigre
Conseil de lutte contre le moustique tigre

Moustique tigreZoom sur le moustique tigre : Apparu depuis quelques années dans le Var, cet insecte noir à rayures blanches (d'où son nom) vit et se développe en milieu urbain à partir d'avril et jusqu'à l'automne. Originaire de pays exotiques, il peut être vecteur de maladies graves comme la Dengue ou le Chikungunya. Le moustique tigre est diurne et n'attend pas la nuit pour attaquer, comme son cousin le moustique gris. Ses piqûres sont plus douloureuses et nombreuses que celles du moustique commun. Évitez donc les eaux stagnantes autour de votre domicile, vous éliminerez ainsi les lieux de ponte éventuels. 

Flash Info